Les Terminales Bac Pro SAPAT du Cleusmeur participent à la journée de prévention routière

publié le 1 avr. 2019 à 09:50 par Rachel Madec   [ mis à jour : 1 avr. 2019 à 09:55 ]

Ce lundi 1er avril 2019, les élèves de terminale baccalauréat professionnel SAPAT ont participé à un temps fort sur la sécurité routière à la salle Kerjezequel de Lesneven.
Ce temps fort a été organisé par le Comité Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) de la Communauté de Communes de la Côte des Légendes.

Les différents partenaires ayant collaboré et participant à ce temps fort ont été très nombreux: Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), la Direction de la Route et des Infrastructures de Déplacements du Finistère (DRID 29), Groupama, la Gendarmerie Nationale, les transporteurs scolaires, la Région Bretagne, le Point Information Jeunesse, le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Finistère (SDIS 29).

Les élèves ont pu toute la matinée circuler dans des ateliers de simulation et de sensibilisation aux dangers de la vitesse, de l'alcool, des produits stupéfiants, des téléphones portables... Mais les temps forts ont été l'après-midi avec une simulation réelle d'un accident avec un scooter et ensuite avec une voiture à 50 km/h et le témoignage de Florent, un jeune accidenté de la route.

Cette journée a pour but de faire prendre conscience aux jeunes de la dangerosité de conduites à risques au volant et des conséquences dramatiques que cela a. Pour illustrer cela quelques chiffres chocs:
- 598 jeunes entre 18 et 24 ans ont perdu la vie dans un accident de la route en 2016.
- La vitesse est en cause dans un accident mortel sur 3. Elle est présente dans 45% des 18-24 ans impliqués dans un accident mortel.
- 16% des jeunes auteurs présumés d'accidents mortels, âgés de 25 à 34 ans, ont été déclarés positifs aux stupéfiants.
- L'alcool est présent dans 29% des accidents mortels et concerne aussi 17% des piétons impliqués dans un accident mortel.

Au regard de l'attention portée par les terminales SAPAT sur les différents ateliers ainsi que lors du témoignage du jeune accidenté, nous espérons que des changements de comportements s'en suivront pour ces futurs conducteurs.
  
  


Les 1ères SAPAT du Cleusmeur découvrent la Fondation Hospitalière de Plouescat

publié le 25 mars 2019 à 08:16 par Rachel Madec   [ mis à jour : 25 mars 2019 à 08:24 ]

Trois personnes de la Fondation Hospitalière de Plouescat, sont intervenues au lycée, Jeudi 21 mars 2019, dans les 2 classes de 1ère Bac Pro SAPAT pour présenter la structure et ses différents métiers. Les intervenants ont également précisé les attendus durant les stages des élèves, et parlé des possibilités de travail pour des remplacements l’été. Mirielle Ily, Aide soignante dans la structure au départ et maintenant animatrice depuis 5 ans, a présenté La Fondation et les différents services :
· Ehpad : 5 services, cadre de vie très agréable.
· Foyer de vie pour personnes en situation de handicap. Beaucoup d’échanges entre le foyer de vie et les résidents en EHPAD
· 1 unité fermée : Malades atteints de la maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés (12 personnes)
· Service PHV (Personnes Handicapées Vieillissantes) : 12 personnes
· PASA : (Pôles d’Activités et de Soins Adaptés) pour personnes désorientées

Le personnel est au nombre 140 titulaires (mais plus de 200 bulletins de salaire : donc beaucoup d’intérimaires). Mirielle Ily précise que « des remplacements l’été sont possibles pour les jeunes et par la suite en CDI, quand ça se passe bien. C’est un secteur qui recrute » ; Possibilité également de suivre des formations complémentaires, ASG (Assistant de Soins en Gérontologie), par exemple pour travailler en Unité Fermée, avec une évolution dans le métier et au niveau du salaire.

Les différents corps de métiers sont très divers et complémentaires : 1 service administratif, 1 service de blanchisserie et portage à domicile, des métiers de soins (Infirmières, AMP, Aides-soignants, ASH…), une équipe de bio nettoyage, 1 ergothérapeute, 2 psychologues, 1 médecin coordonnateur, 1 service technique, l’équipe de cuisine, 2 personnes à la cafétéria, 1 professeur de dessin, 2 coiffeuses extérieurs, 2 pédicures, des kinésithérapeutes extérieurs…

Le service animation ne prend pas de stagiaire, car il est préférable pour les jeunes d’être auprès des personnes dans un service, avec l’opportunité l’après midi d’aller en animation. Les stagiaires peuvent être amenés à proposer une animation avec un petit groupe de personnes âgées. Lors des stages, il a bien été spécifié par les intervenants : « On ne reprochera jamais à un stagiaire de dire que c’est trop difficile. (ex : faire les toilettes). Il faut poser des questions et donner votre ressenti ».

Aujourd’hui, 70% des personnes âgées ont des troubles de comportement. La moyenne d’âge des résidents est de 90 ans, ce qui signifie des personnes de plus en plus dépendantes. Le projet d’animation est mis en place pour l’année et adapté aux saisons. L'objectif de ce projet est de conserver du lien social avec aussi l’extérieur (écoles, crèche…). De plus, chaque personne âgée a un projet de vie à l’entrée en EHPAD pour adapter les activités, selon ses envies, ses centres d’intérêts et ses capacités.

Ce temps d'échange a été très apprécié par les élèves et les intervenants avec beaucoup d'échanges mutuels.
Véronique VERDON - Enseignante

Résultats UGSEL

publié le 15 mars 2019 à 07:29 par Ronan Cavarec

Bravo à Ali, médaille de bronze au départemental de badminton.
Ali, Kyllian et Corentin au Département de Badminton.
Ali et Kyllian se qualifient au Régional.


3ème : Activité Hip-Hop

publié le 15 mars 2019 à 07:26 par Ronan Cavarec

Début de l’activité Hip Hop pour les élèves de 3ème sous la houlette de Stéphane et Medhi ( danseurs professionnels)

3ème : Activité graff

publié le 15 mars 2019 à 07:23 par Ronan Cavarec   [ mis à jour : 15 mars 2019 à 07:24 ]

Début de l’activité graff avec les conseils de Nazeem, Sabio et Pierre-Yves ( 3 graffeurs professionnels)
  
  

 

Les CAPa SAPVER du Cleusmeur rédigent un article sur les injustices subies par les femmes

publié le 7 mars 2019 à 23:16 par Rachel Madec

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les élèves de CAPa 2ème année SAPVER ont rédigé un article sur les injustices dont sont victimes les femmes aujourd’hui. Noémie nous fait partager sa production écrite.

« Je pense que toutes les femmes savent maintenant qu’on se bat pour avoir les mêmes droits que les hommes et pour éviter les injustices.

Mais si on regarde de plus près, la mentalité a peut-être changé mais nous constatons encore l’injustice faite aux femmes chaque jour, l’injustice salariale par exemple ou dans l’éducation. On s’attend toujours à ce qu’une femme soit bien élevée, « propre sur elle » et elle ne doit surtout pas être mal polie ou avoir un fort caractère, pour certains hommes en tout cas.

La femme ne peut pas vraiment être elle-même, elle essaie toujours de plaire aux hommes (régimes, se refaire une partie du corps). Il y a aussi l’injustice des stéréotypes comme « les femmes sont plus dangereuses au volant. Faux ! C’est juste que tous les hommes le répètent et ils en sont même convaincus.

Et puis, dîtes-moi, ne vous êtes-vous jamais posé la question de savoir pourquoi on choisissait la couleur rose pour les filles et le bleu pour les garçons ? Je trouve cela complètement ridicule, pourquoi donner des couleurs en fonction du sexe ? Voilà un autre exemple d’injustice, nous sommes des filles, donc on nous met un petit bonnet rose.

Enfin, dîtes-moi, si on revient rapidement sur le domaine du travail, les hommes en entreprise sont plus facilement acceptés que les femmes et vous savez pourquoi ? Ils se disent femmes=enfants=congés maternité et je trouve cela horrible…

Terminons par le domaine politique, les femmes sont toujours aussi mal vues, on n’en en tend pas vraiment parler, elles sont toujours désignées comme le sexe faible, mais être une femme c’est bien, nous devons être fières d’être FEMMES !

Insurgez-vous contre ceux qui pensent le contraire, chaque femme mérite d’être respectée !»  Noémie O.

 

Témoignages d'éducateurs de rue de Marseille auprès des internes du Lycée Le Cleusmeur et Saint-François Notre Dame

publié le 11 févr. 2019 à 06:21 par Rachel Madec   [ mis à jour : 11 févr. 2019 à 06:23 ]

Mardi soir 5 Février 2019, les internes du Lycée Le Cleusmeur et du Lycée Saint-François-Notre-Dame ont reçu la visite de deux éducateurs de rue dans les cités de Marseille. Ces deux éducateurs de rue font partie de la Maison Bernadette, de l'association Massiabelle: Brigitte de la Teyssonnière et Simon de Wailly. Cette "Maison Bernadette"est située aux pieds d'une HLM dans les quartiers nord de Marseille logeant 2 000 habitants défavorisés.

La Maison Bernadette accueille des enfants issus de familles défavorisées du CP à la Terminale. Les jeunes sont aidés dans leurs devoirs, aidés à trouver des stages, à partir en colonie de vacances, voire même à se découvrir une passion via les différents loisirs proposés comme le jardinage ou la randonnée. Ils peuvent aussi pratiquer des activités comme des promenades à vélo ou des matchs de football. Les sorties prévues sont prises en charge grâce à un financement participatif via des repas dans le quartier.

Par ailleurs, la Maison Bernadette organise aussi des discussions avec les mamans des enfants afin de parler de leur vie, de leurs problèmes. Une deuxième Maison Bernadette est actuellement en projet dans un autre quartier de Marseille afin de toucher plus de monde.

Les deux éducateurs ont aussi confié que la Maison Bernadette leur apportait beaucoup, comme par exemple la rencontre de personnes qui, aujourd’hui, sont devenues des  amis. A travers leurs témoignages, les élèves ont compris la part importante du partage et de l’amour dans leur mission. Les élèves de l’internat ont apprécié ce temps d'échange avec les deux éducateurs en leur posant des questions pertinentes. Les élèves présents ont remercié les intervenants d’être venus et le Père Joseph de les avoir présentés. 

Signature de la convention de partenariat entre le Lycée Le Cleusmeur et le Centre Socio-Culturel de Lesneven

publié le 5 févr. 2019 à 09:16 par Rachel Madec   [ mis à jour : 5 févr. 2019 à 23:51 ]

Mardi 5 Février 2019, le Lycée Le Cleusmeur et le Centre Socio-Culturel de Lesneven ont officiellement signé leur convention de partenariat en présence de Francçois BOULIC, Chef d'établissement du Lycée Le Cleusmeur, Rachel MADEC, Directrice Adjointe du Lycée Le Cleusmeur, Ludovic MINGANT, Directeur du Centre Socio-Culturel de Lesneven et d'autres représentants du Centre Socio-Culturel.

Cet instant solennel marque des années de collaboration entre les deux structures implantées sur le territoire de Lesneven. En effet, depuis plusieurs années, des ateliers informatique intergénérationnels entre les élèves de terminale baccalauréat professionnel SAPAT et des séniors adhérents du Centre Socio-Culturel se déroulent au sein du lycée. Cette année, une nouveauté au sein de ces ateliers informatique: une pause "goûter" afin de permettre plus d'échanges entre les différents participants. Succès au rendez-vous !

Mais la collaboration entre les deux structures va prendre de l'ampleur avec la signature de cette convention. En effet, 4 autres axes ou projets sont en préparation :
- Ateliers culinaires intergénérationnels sur le thème "Nutrition séniors et santé" avec les élèves des 2de Professionnelle SAPAT.
- Ateliers animation avec le Centre d'Accueil de Loisirs avec les élèves des 2de Professionnelle SAPAT.
- Accueil de stagiaires en animation et services aux Territoires.
- Action professionnelle des Terminales Baccalauréat SAPAT pour répondre à des besoins spécifiques du Centre Socio-culturel ou ses bénéficiaires.

Les deux structures se sont félicitées de ce développement de leur collaboration permettant à chacun de répondre aux besoins pédagogiques, de lien social et d'ancrage dans le territoire.

La signature de la convention s'est terminée par le remise d'un meubles à livres réalisé en projet artistique par les élèves de terminale baccalauréat professionnel SAPAT. Nul doute que ce meuble fera le bonheur des futurs lecteurs des trésors qui vont très vite d'y réfugier.

Photos du don du "meuble à livres" et de la signature de la convention de partenariat
  

Projet Artistique des Terminales Bac Pro SAPAT du Cleusmeur: de jolies boîtes à livres

publié le 31 janv. 2019 à 05:40 par Rachel Madec   [ mis à jour : 31 janv. 2019 à 08:17 ]

Comme chaque année les élèves de Terminale Baccalauréat Professionnel SAPAT réalisent un projet artistique dans le cadre de leur formation. L'occasion pour eux d'élargir leurs connaissances en histoire des arts, et de s'essayer à différentes techniques artistiques. Après avoir étudié le statut de la femme au travers de l'histoire de la sculpture l'an passé, cette année les élèves se sont intéressés à la représentation de l'enfant en peinture. Ils ont été particulièrement sensibles au siècle des Lumières, siècle qui a largement mis l'enfant à l'honneur en s'attachant aux droits à l'éducation. De fait, ils ont eu pour idée de réaliser des boîtes à livres sur lesquels ils ont peint des mots en lettrines relatifs à l'enfance. Sous la houlette de Jean-Yves André, artiste peintre, ils ont terminé deux belles réalisations qui seront prochainement offertes aux partenaires du lycée.
            

Steven, un ancien élève de Bac Pro SAPAT présente la Formation d’Infirmier (IFSI) aux élèves de 1ère Bac Pro SAPAT du Cleusmeur

publié le 25 janv. 2019 à 06:36 par Rachel Madec   [ mis à jour : 25 janv. 2019 à 06:39 ]

Jeudi 24 janvier, Steven, en 2ème année de formation d’infirmier à la Cavale Blanche à Brest, est venu présenter aux élèves de première baccalauréat SAPAT son parcours et la formation qu’il suit pour devenir Infirmier. Il a a obtenu son Bac Pro SAPAT en juin 2017 et a réussi le concours infirmier de la Cavale Blanche à Brest, cette même année, au cours de sa terminale Bac Pro.

Steven commence par retracer son parcours scolaire, qui après une seconde générale qui ne lui convenait pas, a décidé de s’inscrire en Bac Pro Sapat au Cleusmeur. Son objectif a toujours été de travailler auprès de personnes dans le soin. Il a insisté sur l’importance du relationnel pour lui depuis toujours et aussi dans son futur métier. Il a également expliqué aux élèves, que malgré des difficultés à se motiver pour les cours, il a poursuivi la formation Bac Pro SAPAT, grâce « au soutien des enseignants mais aussi grâce au personnel de vie scolaire, et notamment Audrey qui l’a beaucoup accompagné dans ses difficultés et ses problèmes de discipline ».

En présentant la formation d’infirmier qui dure 3 ans avec des périodes de formation et de stage, Steven précise qu’ « il y a des va-et-vient continuels entre les cours et les stages pratiques, ce qui rend la formation très intéressante ». Des partiels, en fin de semestre uniquement, obligent à travailler régulièrement, tous les jours, « c’est un travail constant, mais les cours motivent car ils sont en lien avec le métier qu’on a choisi ». Il a aussi expliqué ses difficultés pour avoir une bonne méthode de travail et l’importance de travailler très régulièrement. « Je regrette de n’avoir pas assez travaillé en Bac Pro et de n’avoir pas écouté les conseils des enseignants, car tous les cours servent : la biologie, les mathématiques, la physique mais aussi les cours de TP santé et même l’informatique car nous utilisons beaucoup le numérique, la mise en page de dossiers, le tableur…».

Steven a ensuite détaillé aux élèves le contenu de la formation, les stages, le mémoire à réaliser pour l’obtention du diplôme d’état. Il a aussi expliqué aux élèves que depuis cette année, un stage de 3 semaines en 2ème année, appelé « stage de service sanitaire », est à réaliser. « C’est un travail d’équipe avec un groupe de plusieurs étudiants où il faut créer un projet de A à Z. Cela ressemble à un projet d’action professionnelle, mais en plus complexe, comme celui que les élèves de Bac Pro SAPAT mènent en classe de Terminale ». Steven a ensuite précisé les lieux de travail possibles et les évolutions du métier envisageables après quelques années de pratiques professionnelles.

Dans un 2ème temps, lors de son intervention, Steven a expliqué aux élèves son investissement en tant que Sapeur Pompier volontaire. Dès l’âge de 12 ans, il a souhaité devenir sapeur pompier, âge auquel il est rentré à la caserne de pompiers de Plouguerneau. Après 4 ans de formation, il devient stagiaire et est aujourd’hui Caporal. « Cet investissement m’a beaucoup aidé à grandir même si certaines interventions sont parfois difficiles, mais il y a toujours le soutien de l’équipe ».

Steven répond ensuite aux questions des élèves et termine en disant qu’« il souhaite être infirmier en tant que pompier ou urgentiste et travailler au SAMU ».

Les élèves ont beaucoup apprécié cette intervention car selon eux « lorsqu’un ancien élève nous présente son parcours et sa formation après le Bac Pro, cela nous parle davantage et cela nous encourage dans notre formation ».    Véronique Verdon
  

1-10 of 162